Translate

mardi 4 octobre 2011

Le dernier secrétaire ou la triste histoire de l'homme qui se prenait pour François Mitterrand

Respecte les femmes ; n’abuse jamais de leur faiblesse et meurs plutôt que de les déshonorer.

(Précepte extrait du Code maçonnique, 1778)


Avant-propos : la France n'a pas d'analystes politiques, rien que des commentateurs de sondages ! Sinon, comment expliquer que le favori des sondages pour les primaires socialistes soit un apparatchik qui n'a pas produit une seule idée originale après dix longues années passées au premier secrétariat du Parti socialiste !


"Moi je ne conseille, ni ne déconseille à personne de porter plainte quand il se passe un évenement de nature de violence personnelle. Donc si j'ai pu être là au courant d'un incident, je n'ai jamais formulé quoi que ce soit, un conseil ou une interdiction."

"Ce n'est pas au premier sécrétaire de l'époque de savoir ce qu'il y a lieu de faire lorsqu'il se passe un incident supposé ou réel."

"Je n'en sais rien, et ce que j'ai dit, et ce que je continuerai de dire : quand il y a une affaire personnelle, c'est devant les tribunaux que ca se passe et nulle part ailleurs."

Par ailleurs, interrogé par des journalistes, François Hollande a également déclaré :

"Huit ans après, une plainte est déposée par rapport à un incident supposé dont moi je n'ai pas connaissance dans le détail. (...) Sa mère, Anne Mansouret, avait évoqué un incident qui se serait passé, je n'en savais pas plus."

"Je tiens à dire que je n'ai jamais eu une plainte qui aurait été déposée auprès de moi. Pourquoi auprès de moi ? Comme premier secrétaire ? C'est pas le lieu auprès duquel on dépose plainte quand il se passe un incident", a-t-il ajouté.

"Moi je n'ai eu qu'une seule attitude par rapport à cet incident supposé : [dire que] s'il doit y avoir un dépôt de plainte, il doit se faire immédiatement", a-t-il poursuivi.

"Je veux absolument mettre un terme à toutes ces polémiques, rumeurs ou colportages", a-t-il ajouté, estimant que "cela commence à être absolument détestable".


lefigaro.fr

En 2003, Aurélie Filipetti racontait notamment à Anne Mansouret comment elle avait refusé de se rendre à un rendez-vous avec DSK, «à cette fameuse adresse» où Tristane Banon affirme avoir été agressée. 

Des e-mails entre les deux élues PS évoquent un homme «dangereux pour les femmes». La députée est entendue vendredi par les policiers en charge de l'affaire Banon-DSK.

Aurélie Filippetti se montre attentive à ses interlocutrices. Même si les choses «ne sont pas allées aussi loin» pour elle, précise-t-elle, elle répond dans la foulée: «Le peu que j'ai vu me montre à quel point le personnage est dangereux pour les femmes.» «Votre fille et vous pouvez compter sur mon soutien si besoin», ajoute-t-elle. Puis, à l'attention de Tristane Banon et de sa volonté de se tourner vers la justice: «Transmettez-lui mes félicitations.»


Extraits du site pasidupes...

(...) Aurélie Filippetti tente de se donner le beau rôle :

"Je pense qu'aussi bien François Hollande que moi-même avons eu une attitude juste , digne et qui convenait face à quelqu'un qui se dit victime d'une agression sexuelle, à savoir conseiller à cette personne de porter plainte", a récité l'élue à l'issue de son audition, affirmant avoir dit ce dont elle se souvenait. La porte ouverte à toutes sortes d'oublis et omissions involontaires, donc.

La socialiste juge donc la plaignante.

La députée PS a également déploré des "fuites" sur l'enquête.

Elle a même le sentiment qu'elles viseraient à polluer la campagne de la primaire socialiste.

La presse n'a le droit d'informer qu'à la satisfaction du PS. "Le Figaro utilise des extraits de certaines dépositions pour tenter de polluer la campagne, notamment celle de François Hollande. Ça, je le déplore ", a polémiqué la transfuge des Verts au PS et de l'équipe Royal au clan Hollande.

Dans les courriels dont disposent les enquêteurs et dont Le Figaro révèle vendredi l'existence, Anne Mansouret avait écrit à Aurélie Filippetti: " Je souhaitais vous dire que ma fille cadette, âgée de 24 ans, s'apprêtait à déposer une plainte pénale contre un quinqua malheureusement étiqueté PS " dont les initiales sont " tristement célèbres ". Un langage codé dont tout le parti possède les clés !

Aurélie Filippetti répond : "Le peu que j'ai vu me montre à quel point le personnage est dangereux pour les femmes. Je pense qu'il est important pour elle de porter plainte, car cela transférera sa culpabilité sur lui."


lemonde.fr

François Hollande a été entendu à sa demande dans l'affaire Dominique Strauss-Kahn/Tristane Banon, mercredi 20 juillet. Il a dénoncé une "opération politique visant à mettre (son) nom dans la presse", mettant notamment en cause Le Figaro. A l'issue d'une brève audition par la police, il a menacé de se tourner vers la justice si on tentait de l'impliquer de nouveau. "Si je suis cité ou impliqué par qui que ce soit, et si quoi que ce soit est fait pour me mettre en cause, je me réserve la possibilité de poursuivre" en justice, a menacé l'ancien premier secrétaire du Parti socialiste, promettant dans un entretien à l'AFP accordé après son audition, "une grande fermeté" contre "toute manipulation politique".

Sur le fond, François Hollande a répété à l'AFP qu'il avait été "informé d'un incident" par Anne Mansouret. Mais "je n'ai pas eu de détails", a-t-il ajouté. "Mon rôle n'est ni d'encourager ni de décourager une plainte", a-t-il poursuivi. "Cette affaire ne me concerne pas, ni le PS", a-t-il insisté.


Hé ben dites donc ! Quel méli-mélo autour de cet "incident supposé" relaté par Tristane Banon !

Entre nous, quelqu'un peut-il me dire, là, ce que François Hollande a fait exactement ? Parce qu'à entendre ses déclarations, comme je les ai entendues dans radios et télévisions en juillet, et à lire ce qui en a été imprimé dans la presse, j'en suis venu à me demander si Hollande ne cherchait pas un peu trop à ressembler au benêt croqué par les marionnettes de Canal Plus ?

"Moi je ne conseille, ni ne déconseille, à personne de porter plainte quand il se passe un évenement de nature de violence personnelle. Donc si j'ai pu être là au courant d'un incident, je n'ai jamais formulé quoi que ce soit, un conseil ou une interdiction."


Admirez l'entourloupe : si j'ai pu être là au courant d'un incident...

Ça veut dire qu'il était au courant ou qu'il ne l'était pas ?

"Je n'ai jamais formulé quoi que ce soit, un conseil ou une interdiction."

Ah bon ?! Aucune formulation quelconque ? Mais alors, comment faut-il comprendre ceci ?

"Moi je n'ai eu qu'une seule attitude par rapport à cet incident supposé : [dire que] s'il doit y avoir un dépôt de plainte, il doit se faire immédiatement", a-t-il poursuivi.

"S'il doit y avoir un dépôt de plainte..., immédiatement...", donc il était au courant de faits suffisamment graves pour justifier une plainte. Enfin, c'est que, vous comprenez, Hollande ne sait pas trop lui-même :

Hollande a répété à l'AFP qu'il avait été "informé d'un incident" par Anne Mansouret. Mais "je n'ai pas eu de détails", a-t-il ajouté. "Mon rôle n'est ni d'encourager ni de décourager une plainte"... 

"Mon rôle n'est ni d'encourager, ni de décourager..."

Vous avez compris que François Hollande n'était pas François Mitterrand, même s'il se prend souvent, en meeting, à singer son mentor, avec ce tic consistant à s'accouder alternativement à gauche, puis à droite... Le fait est que, dans l'art du mensonge - protégé par l'infortuné Commandant Prouteau, entre autres gogos - Mitterrand était un as, comme il nous l'a montré lors de cette fameuse interview assurée par un journaliste belge, et l'autre qui lui explique en le regardant droit dans les yeux, que des écoutes téléphoniques à l'Elysée, non mais vous n'êtes pas sérieux, mon bon monsieur, et puis, au point où nous en sommes, je vais interrompre cette interview !

Et c'est là qu'on voit que la politique, c'est quand même un métier !

Non mais franchement, vous ne le trouvez pas pitoyable, Hollande ? Il faut dire que sans ses conseillers en COM lui soufflant des consignes, le politicard patauge dans la choucroute, allant jusqu'à dire une chose et son contraire.

François Hollande, c'est bien le gugusse qui voudrait devenir président de la République ?

Est-ce pour le sauver de la noyade qu'Aurélie Filippetti a choisi de voler au secours de celui qu'elle a décidé de soutenir en vue de la primaire ? Et là, on pense : "Pauvre Mademoiselle Filippetti !"

Je pense qu'aussi bien François Hollande que moi-même avons eu une attitude juste, digne et qui convenait face à quelqu'un qui se dit victime d'une agression sexuelle, à savoir conseiller à cette personne de porter plainte", a récité l'élue.

Donc, si j'ai bien compris Filippetti, l'attitude juste et digne est celle qui consistait à conseiller Banon de déposer plainte, et ce, d'autant plus que Filippetti, dans un premier mouvement - et c'est là qu'elle est crédible - motive son geste, montrant par-là même qu'elle avait trouvé Banon tout à fait crédible :

"Le peu que j'ai vu me montre à quel point le personnage est dangereux pour les femmes. Je pense qu'il est important pour elle de porter plainte, car cela transférera sa culpabilité sur lui."

Je dois dire qu'à ce stade du récit, j'avais trouvé Aurélie Filippetti tout à fait honnête, elle qui ne pouvait en rien être tenue pour responsable de l'inconsistance des familiers de Tristane Banon, dont la mère, Anne Mansouret, aurait mérité le pompon de l'incohérence !

Malheureusement, derrière la femme, la féministe sans doute, et aussi la quasi-victime de l'autre pervers, qui dit ne plus vouloir se retrouver seule avec lui nulle part, donc, derrière la Filippetti qui agit en conscience en donnant à Banon le bon conseil, il y a maintenant la politicienne, alliée de François Hollande, dont elle va constater de façon dévastatrice l'inconsistance et la duplicité.

Et là, on se redit tout bas : "Pauvre Aurélie Filippetti !"

Mais on se dit aussi, au même moment, que la France est un bien pauvre pays, qui manque si cruellement d'analystes politiques !

Parce que voilà des semaines, voire des mois, qu'on nous bassine avec celui qui est, comme par enchantement, devenu le favori des sondages à gauche, sans que personne n'analyse rien !

Même pas sous-secrétaire d'État ! Bon, député, président de Conseil général, mais quand même : même pas le moindre sous-marocain ministériel, c'est un peu juste non ?

Ségolène Royal a dû faire rire pas mal de monde quand elle a évoqué l'absence de propositions fortes émanant de François Hollande au cours des trente dernières années. Pour ma part, je me contenterai du Premier Secrétaire du Parti Socialiste durant une décennie.

Et moi de me demander ce que Hollande avait bien pu faire de concret au poste de premier secrétaire du P.S. Mais lui-même ne semble plus trop le savoir : 

"Mon rôle n'est ni d'encourager, ni de décourager..."

On a compris que Hollande était un adepte de l'immobilisme, mais ça, ce n'est pas un scoop ! Mais il y a plus grave, lorsque l'ex-premier secrétaire d'un parti de gauche déclare ceci :

"Je n'en sais rien, et ce que j'ai dit, et ce que je continuerai de dire : quand il y a une affaire personnelle, c'est devant les tribunaux que ca se passe et nulle part ailleurs."

Devant les tribunaux et nulle part ailleurs...

Non, mais vous avez lu ou entendu ça ?

Il y a là un avocat, le dénommé Robert Bourgi, qui se voit convoqué par le barreau pour s'expliquer sur des questions de déontologie. Parce que les avocats, comme les médecins, les magistrats..., les jurés d'assise, etc., sont soumis à quelque chose qui s'appelle la DÉONTOLOGIE, un mot dont François Hollande ignore visiblement tout.

Ce qui explique pourquoi j'ai fait chou blanc lorsque j'ai entrepris de rechercher une page "déontologie" sur le site du Parti socialiste.

Question : un escroc ou un violeur peut-il être membre du parti socialiste ? Et c'est écrit où que c'est interdit ?

Nous avons eu, donc, dans l'ordre ou le désordre, Mitterrand, Jospin, Emmanuelli, Hollande, Aubry, et maintenant Désir, par intérim, tous Premiers secrétaires, et aucun pour initier un quelconque code de déontologie, pas même Arnaud Montebourg, qu'on croyait pur et dur et dont on attendait monts et merveilles lorsqu'il a été chargé de la modernisation du parti.

Donc, pas de déontologie chez les socialos ! Prenons Mitterrand. Vous imaginez le PS, sous Mitterrand, édictant le principe interdisant à l'un de ses membres d'entretenir un deuxième bureau (maîtresse et enfant adultérin) aux frais du contribuable ?

Quant à Emmanuelli, il a bien été condamné, ès qualité, pour des histoires de financement occulte de parti politique. Alors, imagine-t-on ce grand donneur de leçons d'Emmanuelli instaurant une interdiction du financement occulte du parti dans un code de déontologie ?

Et Rocard ? N'entend-on pas, ici ou là, qu'il fait partie des gens de gauche qui auraient bénéficié de l'argent sale des Bongo et autres Sassou Nguesso ?

On comprend mieux, dès lors, que personne au PS n'ait émis l'idée d'instaurer un quelconque code de déontologie...

Imaginons maintenant qu'en 2003, en réaction aux confidences de Banon et de sa mère, le premier secrétaire de l'époque ait réagi comme on aurait pu l'attendre d'une personne responsable et ait entrepris de faire inscrire, noir sur blanc, dans les statuts du PS, que les violeurs et autres harceleurs de femmes n'auraient pas leur place au parti, y aurait-il eu une affaire du Sofitel de New York ?

Mais qu'est-ce que je raconte ? C'est pourtant clair, non ? Il suffit d'entendre Hollande qui, alors même qu'il n'est plus au premier secrétariat, n'en déclare pas moins ceci :

"Ce n'est pas au premier sécrétaire de l'époque de savoir ce qu'il y a lieu de faire lorsqu'il se passe un incident supposé ou réel."

Pourquoi auprès de moi ? Comme premier secrétaire ? C'est pas le lieu auprès duquel on dépose plainte quand il se passe un incident"...

"Mon rôle n'est ni d'encourager ni de décourager une plainte", a-t-il poursuivi. "Cette affaire ne me concerne pas, ni le PS", a-t-il insisté. 

Cette affaire ne me concerne pas, ni le PS. Et là, on se dit : "Fichtre, diantre !" Et l'on s'étonne du silence du premier secrétaire par intérim, qui voit un candidat à la primaire parler au nom du parti, on se demande sur la base de quelle délégation !

Et puis, tout d'un coup, les ennuis de Georges Frêche vous remontent en mémoire...  

Il se trouve que, pour des déclarations qui ne lui ont valu aucune condamnation pénale ni civile, Georges Frêche va être mis à l'Index par le parti socialiste ; oui, mais sur la base de quel code de déontologie ?

Ça...


À suivre...

P.S. Vous connaissez la nouvelle ? L'autre jour, dans l'émission de Daniel Mermet (Là-bas si j' suis, France Inter, 15 heures), on a eu droit à cette info sur le répondeur de l'émission : Bernadette Chirac devrait sa réélection - après une invalidation peu glorieuse - comme conseillère générale de Corrèze à rien moins que François Hollande en personne. Aux dires de ce correspondant, Hollande aurait réussi à dissuader le socialiste adversaire de Mme Chirac lors d'une précédente confrontation de se représenter, pour lui substituer un perdreau à peine sorti du nid, ce qui a facilité la victoire de l'élue de droite. On comprend maintenant les liens particulièrement étroits qui lient Hollande aux Chirac ainsi que l'annonce publique faite par Chirac de voter pour Hollande ! Pour l'heure, on attend toujours les démentis du favori des sondages à propos du torpillage de son propre candidat au conseil général !